Une autre histoire de la Suisse

 
Depuis les premiers écrits historiques d’Herodote et de Thucydide au Ve siècle avant Jésus-Christ, la frontière entre faits réels et récits mythiques constitue un objet de débats entre historiens. Selon Le Petit Robert, la définition du mythe oscille autour d’un double sens, l’un positif, l’autre négatif. « Récit fabuleux » qui incarne des « aspects de la condition humaine » ou « pure construction de l’esprit », les mythes évoquent la « représentation idéalisée de l’état de l’humanité dans un passé ». De manière positive, les mythes fondent « une doctrine ou une théorie philosophique sous une forme imagée » (par exemple dans le mythe de la caverne chez Platon). De manière négative, cette « image simplifiée, souvent illusoire, que des groupes humains élaborent » peut servir à masquer, voire à déformer, la réalité (par exemple avec le mythe du « bon sauvage »). Depuis l’Antiquité, les historiens n’ont cessé d’analyser et de critiquer les sens des mythes.

 

À la fin du XIXe siècle, au moment de la construction des États nations, la fonction du « récit national » s’est considérablement renforcée. Au niveau politique, le récit mythique remplit un rôle essentiel pour fonder la légitimité des nouveaux régimes. Le récit des trois Suisses sur la prairie du Grütli ou le mythe de Guillaume Tell offrent un puissant moyen de faire coexister dans un même « récit national » les représentants de la Suisse radicale des grandes villes et des régions industrielles (grâce à la figure révolutionnaire des trois Suisses qui font serment d’assistance mutuelle), les cantons conservateurs montagnards (lieu du récit mythique), et même une partie des forces de gauche (la figure populaire de Tell luttant contre le pouvoir des élites). Les mythes peuvent ainsi à la fois participer d’un idéal d’émancipation et jouer un rôle conservateur.

 

   

Mercredi 31 mai 2017 à 19h30

 

Dominique Dirlewanger, Maître d'histoire au Gymnase de Renens

 

Entrée libre - collecte

 

Dans le cadre du cycle de conférences CH-Europe : histoire d'une relation

    

Organisation :

Commune de Tramelan

Société jurassienne d'émulation

CIP

 


 

 

 

 

 

 

Retour